Mésusage d'alcool. Enquête sur les pratiques des médecins généralistes du Limousin.

  • Gayaudon F
  • Sazerat P
  • Preux PM.
Mots-clés: Mésusage d'alcool, Repérage précoce et intervention brève, Médecine générale, Limousin, Baclofène

Résumé

Objectif : observer les pratiques des médecins généralistes du Limousin dans les mésusages d'alcool par rapport aux recommandations en vigueur en 2013. Méthodes : enquête basée sur un questionnaire complété par 365 médecins généralistes du Limousin. Résultats : 18,1 % des répondants interrogent tous les patients sur leur consommation d'alcool. 9,9 % utilisent les questionnaires de repérage. 57,3 % effectuent des sevrages ambulatoires, 15,0 % proposant un sevrage tabagique simultané. Pour le sevrage, les benzodiazépines ne sont utilisées que dans 45,0 % des cas et, dans de nombreux cas, un réducteur de l'appétence est instauré dès le début du sevrage (acamprosate dans 58,0 % des cas). L'acamprosate est également la molécule la plus utilisée en prévention des rechutes (31,1 %). Comparativement aux autres praticiens, ceux formés au repérage précoce et à l'intervention brève (RPIB), soit 8,5 % de notre population, dépistent plus systématiquement les femmes enceintes (p = 0,001), utilisent davantage les questionnaires de repérage (p = 0,001) et proposent plus souvent un sevrage tabagique simultané (p = 0,014). Discussion : les pratiques semblent perfectibles sur plusieurs points : dépistage, information du patient, sevrage tabagique simultané, etc. Les praticiens formés au RPIB semblent avoir une pratique plus proche des recommandations, encourageant son développement dans la région.
Publiée
2016-03-15
Comment citer
Gayaudon F, Sazerat P, & Preux PM.,. (2016). Mésusage d’alcool. Enquête sur les pratiques des médecins généralistes du Limousin. Alcoologie Et Addictologie, 38(1), 27-35. Consulté à l’adresse https://alcoologie-et-addictologie.fr/index.php/aa/article/view/627
Rubrique
Articles