Qu’apportent l’addictovigilance et la pharmacovigilance des opioïdes aux cliniciens ? Addictologie et addictovigilance : même combat !

  • Michel Mallaret
  • Réseau Français d’Addictovigilance
Mots-clés: Opioïde, Addictovigilance, Pharmacovigilance, Prévention

Résumé

Lors de la rencontre entre une personne et une substance addictogène, médicamenteuse ou non, il est nécessaire d’évaluer les différents facteurs influant sur cette interaction ; l’addictovigilance est la vigilance des substances qui induisent une addiction comme la pharmacovigilance est celle des effets indésirables des médicaments, à dose thérapeutique. Les professionnels de santé peuvent bénéficier de regards croisés sur cette problématique très évolutive pour anticiper les crises sanitaires. La variété des circonstances cliniques d’addiction aux opioïdes, de la codéine au carfentanil, l’importance croissante des addictions primaires aux opioïdes médicamenteux et l’émergence des nouveaux produits de synthèse (NPS) prouvent, si besoin était, la nécessité de rassembler et évaluer les informations provenant d’horizons multiples. Le réseau français d’addictovigilance transmet ces données issues de différents professionnels de santé. La description de quelques circonstances cliniques (complications cutanées après mésusage intraveineux d’un opioïde ; hypoglycémie et agoniste μ...) peut montrer l’intérêt pour les cliniciens d’échanger sur les conséquences de l’interaction patient-substance. L’évaluation des cas de décès en France associés, notamment, aux opioïdes (Décès en relation avec l’abus de médicaments et de substances ou DRAMES ; Décès toxiques par antalgiques ou DTA) est indispensable : elle permet de rendre compte des évolutions de la mortalité dans des circonstances très diverses : abus de codéine – “purple drank” – chez des adolescents “naïfs”, addiction aux opioïdes licites ou illicites, dépendance primaire aux médicaments opioïdes chez des douloureux : la prévention justifie l’absolue nécessité d’une grande disponibilité de la naloxone. Grâce à la notification de cas cliniques et à la participation à différentes enquêtes auprès des patients et des usagers, il est possible, en retour, d’informer sur les risques de ces substances et de proposer des mesures diverses de prévention. Les professionnels de santé doivent être remerciés pour leur participation croissante à cette activité indispensable de santé publique.

Publiée
2019-06-30
Comment citer
Mallaret, M., & Français d’Addictovigilance, R. (2019). Qu’apportent l’addictovigilance et la pharmacovigilance des opioïdes aux cliniciens ? Addictologie et addictovigilance : même combat !. Alcoologie Et Addictologie, 41(2), 122-132. Consulté à l’adresse http://alcoologie-et-addictologie.fr/index.php/aa/article/view/809
Rubrique
Morphiniques