Réflexions autour d’une consultation conjugale et familiale en première intention en CSAPA

  • Florence Bocquet
Mots-clés: Trouble de l’usage d’alcool, Couple, Conseil conjugal et familial, Codépendance

Résumé

Cet article a pour objet de questionner l’intérêt d’une consultation conjugale et familiale en première intention dans la problématique addictive à l’alcool. En effet, la pratique et les recherches démontrent la difficulté de la prise en charge des patients souffrant d’addiction aux prises avec le déni des conduites addictives, avec leur difficulté à consulter pour elles-mêmes. C’est, la plupart du temps, la famille ou le conjoint qui prend conscience du problème avec l’alcool et qui évoque la souffrance familiale. Nous pensons que la consultation conjugale et familiale, à la fois en se décentrant de la problématique individuelle et en permettant de travailler le lien qui unit ces personnes, serait susceptible d’atténuer les résistances au soin de la personne souffrant d’addiction et de mettre à jour la codépendance. Méthode : suite à la prise en charge du couple présenté en vignette clinique, est née l’idée de proposer des consultations conjugales et familiales en première intention en addictologie. C’est un exemple type d’une prise en soin tardive résultant du refus de consulter en individuel du patient souffrant d’addiction. Une formation en addictologie, alliée à des lectures éclairant la problématique ont constitué le socle de ma réflexion.

Publiée
2018-12-18
Comment citer
Bocquet, F. (2018). Réflexions autour d’une consultation conjugale et familiale en première intention en CSAPA. Alcoologie Et Addictologie, 40(4), 328-333. Consulté à l’adresse http://alcoologie-et-addictologie.fr/index.php/aa/article/view/774
Rubrique
Pratique clinique