Obstacles au repérage précoce et intervention brève en alcoologie chez les aînés

  • Lise Seigneuret
  • Guillaume Bouzillé
  • Romain Moirand
Mots-clés: Repérage précoce et intervention brève (RPIB), Mésusage d’alcool, Patient âgé, Médecine générale

Résumé

Contexte : l’efficacité des interventions brèves sur la consommation excessive d’alcool est reconnue chez les patients de plus de 65 ans. Les objectifs de l’étude sont de savoir si les médecins généralistes d’Ille-et-Vilaine réalisent le repérage précoce du mésusage d’alcool et intervention brève (RPIB) chez les patients de plus de 65 ans et d’identifier les obstacles à cette pratique. Méthode : nous avons réalisé une étude épidémiologique descriptive à partir d’un questionnaire envoyé aux médecins généralistes du département. La fréquence de pratique du RPIB (Freq RPIB) correspond à la proportion des patients d’un médecin qui ont eu un RPIB, exprimée en pourcentage. Résultats : 13 % des 790 médecins sollicités ont répondu. La médiane de la Freq RPIB était de 30 % quel que soit l’âge des patients. L’existence d’une formation préalable en addictologie était significativement associée à la Freq RPIB. 42 % des médecins considéraient la fonction de RPIB comme importante. Les obstacles principaux au RPIB étaient d’ordre organisationnel (temps consacré et rémunération) et liés à des connaissances insuffisantes sur le mésusage d’alcool chez la personne âgée. Les représentations des médecins sur l’alcool et la vieillesse avaient une place minime. Discussion : au-delà des formations, indispensables, il faudra se pencher sur un mode d’organisation incitatif si les pouvoirs publics veulent augmenter la réalisation du RPIB en médecine générale.

Publiée
2018-03-22
Comment citer
Seigneuret, L., Bouzillé, G., & Moirand, R. (2018). Obstacles au repérage précoce et intervention brève en alcoologie chez les aînés. Alcoologie Et Addictologie, 40(1), 6-15. Consulté à l’adresse http://alcoologie-et-addictologie.fr/index.php/aa/article/view/715
Rubrique
Recherche