La réduction des risques et des dommages est-elle efficace et quelles sont ses limites en matière de tabac ? L’utilisation de nicotine sans combustion

  • Jacques Le Houezec

Résumé

Nombre de fumeurs ne se considèrent pas comme malades, expliquant sans doute qu’environ 80 % d’entre eux tentent d’arrêter sans aide. Le principal risque lié au tabagisme est la combustion, pas la nicotine. Plusieurs produits ont un profil toxicologique moins dangereux que la fumée de tabac. Il existe un gradient de risque qui, pour encourager les fumeurs à les adopter, pourrait conduire à les taxer de façon proportionnelle au risque. Comment justifier l’interdiction de vente du snus (tabac non fumé) et une réglementation sévère des produits du vapotage alors que les cigarettes sont facilement accessibles ? Le profil toxicologique de la vape est sans commune mesure avec celui de la fumée de tabac. Elle procure aussi un plaisir parfois supérieur à celui de la cigarette, qui la rend potentiellement plus efficace que les substituts nicotiniques (TNS). Cela ferait préférer la vape par rapport aux produits à risque réduit de tabac (snus, tabac chauffé). Il conviendrait de réviser la partie concernant les produits du vapotage dans la Directive européenne de façon à pouvoir bénéficier à la fois d’une meilleure réglementation du marché, mais aussi des bénéfices potentiels qu’elle présente pour la santé publique en termes de réduction des risques et des méfaits.

Date de parution
Jun 15, 2017
Comment le citer
LE HOUEZEC, Jacques. La réduction des risques et des dommages est-elle efficace et quelles sont ses limites en matière de tabac ? L’utilisation de nicotine sans combustion. Alcoologie et Addictologie, [S.l.], v. 39, n. 2, p. 138-147, june 2017. ISSN 2554-4853. Disponible à l'adresse : >http://alcoologie-et-addictologie.fr/index.php/aa/article/view/673>. Date de consultation : 26 sep. 2017
Rubrique
Audition publique - RdRD liés aux conduites addictives